L'amour et la compassion peuvent guérir les cœurs des rejetés

Rejeté par sa famille !
Amar est né dans une famille pauvre d’un village isolé. Vers 10 ans, il a remarqué des taches sur son corps. Sa santé se détériorait de jour en jour sans que les guérisseurs traditionnels ne puissent faire quoi que ce soit. Un proche a convaincu les parents de consulter un « vrai » docteur. Deux ans après les premiers signes, ils sont finalement arrivés à Katmandou où un médecin leur a conseillé d’aller à l’hôpital Anandaban. Le diagnostic a été posé : la lèpre !
Amar était trop jeune pour en comprendre les implications, mais l’expression de stupeur sur les visages de ses parents lui a laissé penser qu’il était condamné.
Après 3 mois de traitement, Amar était heureux de retourner chez lui.
« Personne ne voulait m’approcher, ma famille m’évitait. Personne ne voulait me toucher, même pas mes parents. Quel choc ! Chaque nuit, je pleurais et je priais pour que ce soit la dernière ! ».

Rejeté par sa femme !
Un jour, le père d’Amar lui a annoncé qu’il était temps de se marier et qu’il avait trouvé une jeune fille qui ne savait rien de la terrible maladie. Ils étaient heureux jusqu’à ce qu’elle apprenne qu’Amar avait eu la lèpre. Son attitude a changé et elle a demandé le divorce. (Au Népal, un tiers des personnes affectées par la lèpre ont été abandonnées par leur conjoint.)
« C’était le pire moment de ma vie. Je l’aimais mais j’étais obligé de signer les papiers du divorce. La seule raison était que j’avais eu la lèpre. »

Aimé par Jésus !
Amar a fait plusieurs séjours à l’hôpital Anandaban pour suivre l’évolution de la maladie et gérer les réactions lépreuses (périodes inflammatoires qui touchent les nerfs et qui sont dues au système immunitaire du corps s’attaquant aux bacilles de la lèpre). « Les membres du personnel m’ont accepté, aimé et encouragé, c’était la seule lueur d’espoir dans ma triste vie. C’est là que j’ai entendu parler de Jésus pour la première fois. »
Amar a été invité en 2015 aux réunions annuelles d’apprentissage de Mission Lèpre (c’est l’occasion d’inviter les différentes parties prenantes pour faire le point sur les projets et renforcer les capacités du personnel). « Au moment de la méditation, j’ai réalisé que Jésus aime les personnes affectées par la lèpre comme moi. »
Il a alors parlé avec le pasteur Ashok Adhikari qui l’a invité dans son église et l’a accompagné dans son cheminement spirituel. « Avec l’aide du pasteur, j’ai accepté Jésus comme Sauveur et Seigneur dans ma vie. Je remercie le Seigneur de m’avoir donné une nouvelle vie pleine de dignité, de paix et de bénédictions. »
Malgré l’immense souffrance qu’il a endurée à cause de la lèpre, Amar pense que cela lui a permis de connaître l’amour de Jésus.
« Les médicaments peuvent traiter les taches sur la peau, mais seul l’amour et la compassion peuvent guérir nos cœurs. »

Engagé pour les marginalisés !
Il y a une vingtaine d’années, Amar a rencontré Mim, une jeune femme à qui il a partagé toute son histoire. Ils se sont mariés et sont les heureux parents d’un fils de 19 ans et d’une fille de 15 ans.
Aujourd’hui, Amar est directeur d’une école à Katmandou, il est président de IDEA Népal (IDEA est une association internationale de personnes affectées par la lèpre pour l’intégration, la dignité et la promotion économique des personnes affectées par la lèpre). Il est membre du comité de Mission Lèpre Internationale et membre du comité consultatif de ILEP (fédération internationale regroupant les associations de lutte contre la lèpre).
« Je suis un homme respecté et accueilli même par ceux qui m’avaient rejeté. J’ai choisi d’être enseignant pour combattre la discrimination et soutenir les enfants marginalisés à cause de la lèpre ou toute autre raison. Je ne veux pas qu’ils aient à subir ce que j’ai subi. »