Agent pathogène

La lèpre est une maladie infectieuse provoquée par un bacille, le Mycobacterium Leprae, découvert en 1873 par le docteur Hansen.

Le bacille de la lèpre est un proche parent du bacille de la tuberculose. 

Il génère une maladie chronique qui affecte la peau et les nerfs périphériques qui peu à peu deviennent insensibles. La lente évolution de la maladie mène à des déformations et à des mutilations.

Transmission

La lèpre se transmet lorsqu'on est en contact avec une personne atteinte pendant une longue période. La transmission se fait principalement au travers de micro gouttelettes (expectorations, éternuements, etc.).

Le temps d’incubation est très long (plusieurs mois à des dizaines d’années). Différents facteurs tels que la promiscuité, les mauvaises conditions d'hygiène et la malnutrition favorisent la contamination. Mais la lèpre n’est pas une maladie très contagieuse. Près de 95% des gens sont immunisés naturellement.

Symptômes

Quelques symptômes

  • Taches claires ou rougeâtres sur la peau, insensibles au toucher.
  • Picotements, fourmillements ou douleurs (type brûlure) dans les mains et les pieds.
  • Mobilité des doigts réduite : les petits objets sont lâchés involontairement.

Comme la lèpre s'attaque aux nerfs périphériques, la sensibilité des extrémités disparaît, ce qui peut provoquer des blessures, des brûlures, des ulcères, des gangrènes, de la cécité.

Autres symptômes

  • Sécheresse de la peau
  • Névrites ((infection du nerf touché accompagnée de fortes douleurs)
  • Mains en "griffe" et pieds tombant (paralysie et atrophie des muscles conduisant à la déformation des membres).

 Les personnes affectées ne s'aperçoivent que plus tard qu'elles se sont blessées. Les plaies s'infectent et des ulcères se développent, lesquels peuvent conduire à la gangrène. Les doigts et orteils ne sont pas "rongés" par la lèpre, ce sont les infections qui se développent progressivement qui sont la raison de la perte de membres. Lorsqu'à cause des nerfs endommagés la paupière ne peut plus se fermer, cela peut conduire à la cécité.

 

Dépistage

Le dépistage précoce de la maladie simplifie le traitement et empêche des dommages irréversibles. Eléments de l'examen :

  • Recherche de taches cutanées claires ou rougeâtres
  • Palpation des taches pour détecter une éventuelle insensibilité
  • Recherche de toutes formes de dommages aux yeux, visage, mains et pieds
  • Analyse des bacilles par frottis cutané (prélèvement de peau pour un examen microscopique)

 

 

Traitement

Aujourd'hui la lèpre est traitée de façon simple et efficace.  
Depuis 1982, la polychimiothérapie (PCT) est disponible. Il s’agit d’une combinaison d'antibiotiques (dapsone, rifampicine, clofazimine) qui tuent les bactéries et stoppent le développement de la maladie.
Déjà 24 heures après la première prise de médicaments, le patient n’est plus contagieux, toutefois les handicaps restent.
Autres aspects du traitement :

  • Soutien moral des patients et de leurs proches
  • Examen régulier des yeux, du visage et des pieds pour éviter les infections et handicaps
  • Soin des plaies
  • Physiothérapie
  • Chirurgie reconstructrice
  • Fabrication et port de sandales de protection
  • Ergothérapie, pour apprendre aux patients à réutiliser les membres touchés



 

Prévention

La prévention passe en partie par l’information et la formation. Par la sensibilisation de la population, les peurs et les préjugés liés à la lèpre s’estompent petit à petit. La formation du personnel de santé permet une meilleure prise en charge. Les personnes affectées par la lèpre apprennent à prendre soin de leurs membres insensibles et ainsi à prévenir les invalidités.

Existe-t-il un vaccin ?
Pas encore !  La culture du bacille de la lèpre est très difficile vu que le bacille se développe très lentement mais la recherche continue d’évoluer. Mission Lèpre soutient le projet de vaccin contre la lèpre de la Mission Lèpre Américaine. Les essais pourraient démarrer prochainement.